Gaspard Salcedo

De Bibliothèque Lucas Lhardi
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gaspard Salcedo
Gaspard Salcedo
Gaspard Salcedo
Nom d'usage

Salcedo

Nom d'origine

Salcedo de la Cruz

Prénom(s)

Gaspard

Sexe

Masculin

Nationalité(s)

Frôceuse

Date de naissance

4 novembre 019

Lieu de naissance

Casarastra (Catalogne

FAMILLE

Statut marital

Célibataire

Conjoint(e)

Inconnu

Enfant(s)

Une fille ; nom inconnu.

CARRIÈRE

Diplôme(s)

BNES - Lycée Eugène Levallois (Casarastra) (36) ;
DEGEAD - Paris Dauphine (38) ;
Licence Sciences des Organisations et des Marchés - INSEAD (39).

Métier(s)

Consultant, Repreneur d'entreprises en difficulté, Chef d'entreprises (FIFM Groupe, Berdzini Pharma, MédiaSalcedo)

FONCTIONS

Période

01/04/107 - en cours

Période

01/04/107 - 01/04/107

Prédécesseur

Victor Pivert

Période

47

Période

41-42

Période

41

Période

40-42

AFFILIATION POLITIQUE

Nom du parti

Divers partis de droite (37-49)

Nom du parti

UDF (107 - [...])

Courants de pensée

Libéralisme, Droite conservatrice, Droite sociale, Démocratie chrétienne, Humanisme

INFOS DIVERSES

Ville de Résidence

Vauxin

Gaspard Salcedo, né le 4 novembre 19 à Casarastra, est un homme d’affaires et homme politique frôçeux.

Il a été, successivement ou simultanément, repreneur d’entreprises en difficultés, PDD du groupe d’investissement FIFM, PDG du groupe de médias MédiaSalcedo (TV8, Médiasera), PDG du groupe pharmaceutique Berdzini Pharma et enfin PDG du groupe CulinaFrôce.

Engagé très tôt en politique, il fut une figure marquante du débat public des années 40, de ses 18 ans à ses 35 ans. Retraité de la vie politique suite, notamment, à des affaires judiciaires dont il ne se relèvera jamais vraiment, il se retire du débat public pour se consacrer aux affaires. En 107, à l'âge de 88 ans, il sort d'une retraite politique de 60 ans et se présente aux élections fédérales en tant que tête de liste de l'UDF.

Famille et vie privée

Il est le fils cadet d'une famille de la petite aristocratie septimane. Son père, Alberto, pharmacien, se tue à moto en août 21 alors que Gaspard n'a pas encore deux ans. Après sa majorité, il perd le contact avec sa sœur, artiste plasticienne installée à Londres et décédée en 82, et son frère, chef d'entreprise du BTP décédé en 72.

Outre sa relation avec Monica Alves, qui le mènera en prison, on lui prête plusieurs aventures, principalement au cours de sa vie d'homme d'affaires, notamment avec des chanteuses et des mannequins. Ces relations, très courtes, ne se sont jamais soldées par un mariage.

On ne lui connaît pas de progéniture.

Vie politique

Des débuts prometteurs

Tout juste diplômé du BNES, talent remarqué des Jeunes Républicains Frôceux, il devient à 18 ans le porte-parole de l’Union pour une Démocratie Républicaine (UDR). Parrainé par François Bertrand et Vincent Valbonesi, il se fait remarquer en critiquant sans relâche le gouvernement socialiste de MM. Montgommery et Boniface. Poursuivant en parallèle ses études, il sort diplômé de l’Université Paris Dauphine en 39 et débute une carrière dans le secteur privé.

En 40, il crée avec d’autres jeunes loups de la politique le Parti d’Unité Républicaine (PUR), et se présente sous cette étiquette aux élections présidentielles. Largement battu, il laisse la gauche de Daniel Gallon affronter celle de Benjamin McGregor au second tour. A la suite de cette défaite, le PUR est dissout, miné par les dissensions idéologiques internes. Se rapprochant de Vincent Valbonesi, il crée le Mouvement Républicain et Populaire (MRP), devenant l’un des opposants les plus médiatiques au gouvernement de gauche, ce dernier s’étant illustré par de nombreuses communications et projets de loi anticléricaux et de libéralisation des moeurs (notamment la loi déchristianisant les jours fériés ou celle légalisant les oeuvres Lollicon en Frôce).

Elu maire d’Aspen en 40, il intègre le Gouvernement Finacci en 41 à la faveur d’une coalition centre - droite. Devenu Ministre d’État en charge de l’Intérieur et de la Défense à 22 ans, il occupe ce poste quelques mois avant d’être propulsé à la tête du Ministère de l’Économie, des Finances et du Travail. Héritant de la gauche une situation financière et économique désastreuse, avec une croissance morne, un taux de chômage élevé et un fort déficit il met en place une politique de relance économique qualifiée par les observateurs de sociale-démocrate. Aides à l’embauche, augmentation du SMC, mise en place du temps partagé, interdiction du licenciement de masse, création des chambres de compétitivité, instauration d’une taxe sur les produits pétroliers et mesures d’économies dans l’administration permettront à la croissance de bondir à 2,5% et de réduire le chômage.

Les affaires judicaires

En 43, quittant tout juste le ministère de l’économie, Gaspard Salcedo est accusé publiquement par une jeune call-girl (Shannah Ventura, alias Monica Alves) d’avoir enlevé, séquestré, battu et violé cette dernière dans un hôtel de Norijo. Suite à la publication d’un livre très détaillé par la jeune prostituée, le parquet d’Aspen ouvre une enquête. Gaspard Salcedo, se clamant innocent, obtient un non lieu en première instance.

Mais en 44, à l’occasion du procès en appel, il est reconnu coupable et condamné à la peine de 16 ans de réclusion criminelle pour viol et violences. Premier politique condamné pour des faits criminels depuis le retour de la démocratie, il est défendu par beaucoup de personnalités publiques frôceuses, à l’instar de Thomas de Kervern.

En 45, alors qu'il débutait sa deuxième année derrière les barreaux, Monica Alves avoue spontanément à la police avoir inventé cette histoire, n’ayant eu qu’une relation tarifée et consentie avec Gaspard Salcedo. Sa condamnation étant annulée, il est libéré le 24 décembre 45.

En 51, une enquête pour abus de biens sociaux est ouverte, visant le laboratoire Berdzini Pharma dont il est président. Elle est classée sans suite en 57.

En 52, une enquête pour trafic d’influence est ouverte, visant le groupe FIFM qu’il dirigeait alors. Elle est classée sans suite en 59.

La relance avortée et la longue absence politique

Dès janvier 46, Gaspard Salcedo crée le Rassemblement Populaire Frôceux, frère ennemi du RLPN. Aux législatives de 47, le RLPN obtient 131 sièges, le RPF de Salcedo seulement 13. Ces quelques députés suffisent cependant à la droite pour obtenir la majorité absolue des sièges à l’Assemblée Nationale. Il devient alors Ministre d’Etat en charge de la Justice, des Institutions et de la Réforme publique - tout un symbole pour une victime d’erreur judiciaire.

Malgré cette entrée au gouvernement, Gaspard Salcedo souffre d’une grave dépression. Éjecté du gouvernement par Bastien Pommier, qui décida de se passer du RPF au sein de sa majorité, il s’effaça petit à petit du paysage politique frôceux.

En 48, il organise cependant de grandes manifestations à Aspen contre le projet de nationalisation complète de l’enseignement primaire lancé par Urumi Nakamura. Son dernier mandat politique sera un mandat de député d’opposition, en 53, lorsqu’il lança la liste “Pour le Futur de la Frôce”, accompagné notamment d’Armando Monsallio et de Ludivine Vailland-Natache.

Il prend sa retraite politique discrètement à la suite de ce dernier mandat. Il a alors 35 ans. Il se consacre ensuite à ses entreprises, notamment le groupe pharmaceutique Berdzini Pharma et le groupe de médias MédiaSalcedo. En 69, alors âgé de 50 ans, il revend ces deux mastodontes et monte un groupe culinaire, CulinaFrôce, consacrée aux produits du terroir, au soutien aux jeunes chefs et à l’édition du guide culinaire Salcedo.

Très secret sur sa vie privée, n’ayant plus donné d’interviews, Gaspard Salcedo vit près de Vauxin. Il est devenu un ami proche de Louis-Damien Lacroix de Beaufoy, voisin également passionné de gastronomie.

Retour à la vie politique

Le 15 mars 107, il est désigné comme tête de liste de l'UDF pour les élections fédérales de 107. Après une campagne rondement menée, sa liste finit en première position des suffrages.

Il est nommé Négociateur Impérial, le 1er avril 107 et est chargé de composer une majorité pour gouverner la Frôce.

Postérité

Symbole du jeune politique s’étant brûlé les ailes auprès des cercles de pouvoir, d’argent et de sexe, Gaspard Salcedo a intrigué et suscité les passions tout au long de son engagement politique. N’ayant jamais obtenu de grand succès électoral, il a pourtant marqué son époque par de nombreuses polémiques, affaires judiciaires, petites phrases assassines.

Il reste, à ce jour, l’un des politiques ayant occupé le plus de pages de Frôce People, avec pas moins de 327 pages publiées à son sujet. Il est resté silencieux sur la vie politique, pendant 53 ans, jusqu'en 107.